My monster is not worse than yours (2012)

On the Other side of the mirror

Exposition 2012, dans le off du septembre de la photographie de Lyon.

Combien de fois perçoit-on notre reflet, combien de fois par jour se regarde-t-on dans la glace de la salle de bains ou celle d’un rétroviseur. Qui est cette personne que l’on perçoit? Est-ce vraiment nous? Rencontrer son reflet nous amène toujours à des pensées, allant à du simple désir de se recoiffer à une réflexion plus intime d’une confession à un meilleur ami. La confrontation de son reflet vise à être plus critique, dérivant parfois dans l’extrême : trop enthousiaste ou trop critique. Le miroir est l’une des plus anciennes inventions humaines qui a un pouvoir irrésistible, magnétique. Uniquement destiné et créé par et pour nous les humains, il est entré dans notre conscience commune comme un objet à la fois pratique et mystérieux. Dans les croyances traditionnelles, le miroir est un portail pour des forces de l’au-delà, qui peuvent emprisonner notre âme.

On the the Other Side of the Mirror (de l’autre côté du miroir) est le travail de trois jeunes artistes qui ont eu le courage, la curiosité et le désir de s’y regarder plus profondément pour se retrouver dans un monde où tout est aussi à l’envers que notre reflet dans la glace. Leurs explorations de l’autre côté du miroir via un objectif, leurs yeux photographiques puisent dans leurs propres ressources ainsi que dans leurs repères traditionnels culturels.

Amandine Mohamed-Delaporte regarde un miroir vivant, sa propre fille. En elle, Amandine retrouve ses propres peurs, ses émotions profondes (parfois bien cachées) et le potentiel de la créativité humaine. My Monster is not worse than Yours est une série photographique commencée en 2009. C’est le produit d’observation et de coopération entre l’artiste et une petite fille. On voit surgir des ténèbres des monstres partiellement illuminés, partiellement cachés. Difficilement reconnaissables  du fait qu’ils restent voilés. Or ils ne font pas peur, ils sont même drôles. Quelques années d’existence commune, d’une relation mère-fille n’ont pas seulement donné à l’artiste la satisfaction d’être devenue une mère cela a aussi de provoquer une longue introspection d’elle-même. Elle a découvert ses monstres et apprend à les maîtriser de jour en jour.

Le miroir nous montre notre autonomie physique et émotionnelle. Nous voyons ce qui est normalement invisible. Il nous permet de prendre un certain recul par rapport à notre apparence, comportement et le contexte plus élargi de notre existence. Dans cette exposition ces trois jeunes artistes ont regardé l’autre côté du miroir, y trouvant des éléments de leur culture et identité. Elles évoqueront plus, en allant à la rencontre du spectateur pour l’encourager dans sa propre exploration/expérience.

Anna Tomczak

My monster is not worse than yours | Amandine Mohamed-Delaporte

My monster is not worse than yours | Amandine Mohamed-Delaporte

My monster is not worse than yours | Amandine Mohamed-Delaporte

My monster is not worse than yours | Amandine Mohamed-Delaporte

 

monster view

 

Next Work